Entre-deux-guerres

Les affectations de précurseur : Etat-Major, ministère de l’Air et Ecole de l’Air

Le capitaine Chambe, officier de cavalerie, opte définitivement pour l’aviation, où il sert depuis quatre ans et où il finira sa carrière.

D’abord affecté  à la démobilisation au service des réparations d’aviation de Saint-Cyr en mars 1919, il est affecté un an plus tard au 5e Régiment d’Aviation d’Observation qui deviendra le 35e Régiment d’Aviation, où il est officier d’État-Major détaché au 14e corps (région lyonnaise), chargé des questions d’aéronautique. Fin 1928, promu commandant, Chambe est affecté à un commandement de groupe à Lyon-Bron, toujours au 35e Régiment d’Aviation. Quelques mois plus tard, en avril 1929, il est désigné pour devenir le chef d’État-Major du Groupement d’Aviation de Bombardement (c’est-à-dire de l’ensemble des forces de bombardement de jour et de nuit de l’aviation française) aux ordres du général de Goÿs, à Paris.

Le général Denain, nommé Chef d’Etat-Major général de l’Armée de l’Air, l’appelle auprès de lui début 1933. En 1934, Denain devient ministre de l’Air. Chambe est à son Cabinet militaire, où il exerce les fonctions de sous-chef de Cabinet, chargé des questions d’informations et d’expansion aériennes. En 1934, alors que l’Armée de l’Air est créée en tant que telle, le lieutenant-colonel Chambe crée sur les indications du général Denain le « Service des études historiques et géographiques de l’Air » (anciennement section aéronautique du service historique de l’armée).

D’août 1936 à fin 1937, il est Directeur des Etudes à l’École de l’Air, dont le commandant est, pour cette deuxième année de fonctionnement, le général Bouscat. La promotion qu’il accompagne est baptisée « Capitaine Astier de Villatte ». L’Ecole a été créée à Versailles aux « Petites Ecuries » en 1935 avant son installation définitive à Salon-de-Provence en 1937. L’Ecole, découlant également de la création de l' »Armée de l’Air », doit jouir d’une place équivalente à Saint-Cyr ou Navale.

Novembre 38 : traversée sans escale avec la 35e escadre de bombardement de Lyon-Bron

Au printemps de 1938, il prend à Lyon-Bron (base 105) le commandement de la 35e escadre aérienne (bombardement) équipée en Amiot-143. Cette escadre est mobilisée et reçoit ses missions de guerre au moment de la tension de Munich en août 1938.

La trêve survenue, le colonel Chambe effectue avec toute son escadre, à titre d’entraînement de guerre, une des premières traversées aériennes en unité constituée de la Méditerranée, d’Istres à Tunis sans escale (21 Amiot-134, 115 hommes en l’air). Un appareil est arrêté à Istres pour de ennuis mécaniques, un autre le sera à Tunis. Les liaisons radio, spécialement étudiées, ont été éprouvées avec succès. Ce voyage poursuivi de Tunis (via l’Algérie : Oran, Sidi-bel-Abbes) jusqu’au Maroc pour des exercices de tirs à Ksar-el-Souk, avec retour en France par le même chemin a été probant. Une escadre entière peut ainsi être lancée, de jour ou de nuit, sur de longues distances. Le temps a été très difficile au retour.

Mais la tension monte de nouveau en Europe. Le colonel Chambe reçoit l’ordre secret en février 1939 l’affectant, en cas de guerre, au commandement des Forces Aériennes (aviation et artillerie de D.C.A.) de la 7e armée. C’est un commandement d’officier général. Au printemps 1939, il est a nouveau affecté au Service Historique pour quelques mois.

Promoteur de l’aviation

Il est difficile d’ignorer durant toute cette période des années trente son activité littéraire au sens large. Elle est en effet intimement liée à la carrière militaire de René Chambe et il mettra tout son talent au service de la cause qu’il défend : promouvoir l’aviation alors que l’Allemagne se prépare déjà, sans s’en cacher, à une revanche redoutée et presque certaine. Livres, articles, conférences, lectures radiophoniques et scénarios seront pour lui le moyen de susciter des vocations tout en se livrant avec sincérité et plaisir à l’écriture. Connu pour ses livres, on lui confie des rôles faits pour lui, comme ceux que l’on vient de voir : Ecole de l’Air et Service Historique essentiellement. Mais sa plume n’a pas finir de « servir »…

____

La vie, l’œuvre et les archives du général d’aviation et écrivain René Chambe (1889 – 1983).

https://generalrenechambe.com

Publicités