Emile Chambe : une lettre en héritage

Emile Chambe laissa à ses deux enfants Joseph et René un héritage littéraire. Emule de Jules Verne, il parvient à publier avant de mourir prématurément en 1902 (à 43 ans), outre sa pièce de théâtre Christian Goël (Dizain et Richard, Lyon, 1891), deux romans d’un ensemble qu’il appelle « Les Romans de la Terre« . Ces deux romans (qui font l’objet d’un article ici) sont :

  • Droit au Pôle Sud. Vol. 1 « L’idée de l’ingénieur Simpson Gerlett »
    (Montgredien et Cie, Bibliothèque des grandes aventures, c1901)
  • Droit au Pôle Sud. Vol. 2 « Un tunnel sous l’Atlantique »
    (Montgredien et Cie, Bibliothèque des grandes aventures, c1901)
  • Au faîte de la Terre
    (Imprimerie de Chambefort, Lyon, 1899 / Tallandier, année ?, Bibliothèque des grandes aventures n° 28)

René Chambe - Emile Chambe 1870

Photo : Emile Chambe en 1870 à l’âge de 11 ans, alors que Jules Verne publie Vingt mille lieux sous les mers. En 1864, Verne a publié Voyage au centre de la terre et en 1866, c’est Voyages et aventures du capitaine Hatteras (une exploration du pôle Nord).


Le 2 octobre 1979, René Chambe s’exprimait au micro de Jacques Chancel (Radioscopie, France Inter) en ces termes : « je me sens un peu son héritier spirituel. Je continue une œuvre qu’il avait commencée ». La lecture du premier roman de René Chambe Le bracelet d’ébène (Baudinière, 1926) révèle justement l’influence (ou l’héritage) de son père lorsqu’il invente le décor fantastique d’une base sous-marine secrète en pleine Méditerranée. Mais là s’arrête la comparaison car Le bracelet d’ébène n’a aucune ambition scientifique.

Droit au Pôle Sud, le premier roman d’Emile Chambe, est précédé de cette lettre – objet de notre article – adressée à ses enfants, où l’on voit que la culture doit être utile !

Lettre à mes fils Joseph et René

C’est pour vous intéresser aux choses de notre monde, pour vous instruire en vous amusant et en formant votre intelligence et votre cœur, mes chers enfants, que j’ai conçu l’idée de ces « Romans de la Terre » dont Droit au Pôle Sud n’est pour ainsi dire que la préface générale. Etre pour votre enfance ce que Jules Verne a été pour la mienne, c’est-à-dire un éducateur en même temps qu’un conteur attrayant, est mon unique ambition. Vous seuls pourrez me dire, plus tard, quand vous serez devenus grands, si mes espérances se sont réalisées ou si j’ai trop, au contraire, présumé de mes facultés. Mais si vous me gardez à ce moment-là quelque reconnaissance pour les efforts que j’aurais tentés, n’oubliez jamais que c’est grâce aux encouragements et aux conseils de M. le professeur Paquier que ces œuvres auront été menées à bonne fin. L’amitié dont il veut bien m’honorer est précieuse, et, en livrant à la publicité ce premier ouvrage, je n’ai qu’un souhait à former pour vous comme pour moi : puisse la grande bienveillance qu’il me témoigne m’être continuée de longues et fécondes années.

Monbaly, juin 1901

Emile Chambe

René Chambe aura maintes fois l’occasion d’évoquer son père, sa mère et son frère avec beaucoup de tendresse dans le cadre enchanteur de Monbaly, la maison familiale, avec ses livres de souvenirs, ou disons plutôt de « contes » d’enfances : Souvenirs de chasse pour Christian (Flammarion, 1963), Le cor de Monsieur de Boismorand (Presses de la Cité, 1971) et Les cerises de Monsieur Chaboud (Plon, 1983).

___

La vie, l’œuvre et les archives du général d’aviation et écrivain René Chambe (1889 – 1983).

https://generalrenechambe.com

Publicités